Passer de 1000 à 70 vaches.mp4

Reproduction, l'alimentation, le traitement, l'apparence



Passer de 1000 à 70 vaches. Une des plus belle baie du monde... la Baie de Somme, son site Natura 2000, ainsi que sa population sont en danger...menacés par un projet de ferme-usine laitière. Un projet de productivisme agricole intensif qui s'accapare nos besoins et les détourne vers un agro-business pollueur et décadent qui installe le pouvoir et la richesse d'une petite minorité de financiers. La concentration d'une même chose à haute densité sur une petite surface entraine une déstabilisation du milieu parfois polluante... Pour l'élevage comme pour les autres productions, la concentration de la production vers de la mono-production intensive, c'est de grands risques de pertes d'emplois, de nuisances et de pollution pour le voisinage. Cette dérive n'est pas seulement locale...mais c'est un problème mondial... La « révolution verte » suivie depuis des dizaines d'années, appelée « AGRA » , basée sur la mono-production intensive, sur la chimie, a été utile, mais ça doit finir. !!! Ça pollue, fait disparaitre l'emploi, et rend les gens dépendant des vendeurs d'OGM et pesticides. Aujourd'hui on peut produire efficacement en respectant plus l'environnement. A la fin de ce document, on voit une ferme laitière moderne, en France, respectueuse de l'homme, de l'animal et de l'environnement. Ce ferme est productive (en moyenne sur l'année : 30L de lait/jour x 70 vaches), elle produit aussi une partie des aliments pour son bétail dont les matières fécales sont utilisées avec attention comme engrais. Cette ferme pourrait continuer de permettre à ses 2 fermiers associés d'avoir un salaire décent et les jours de congés qu'ils méritent (et donner à d'autres l'envie de s'installer), mais le prix du lait doit être maintenu au dessus d'un minima de rentabilité.. Il faut que l'on achète ses produits à leurs justes valeurs... Produire local , et mangeons plus local.... Non à la solution unique de l'agro-business transplantable « partout » mais oui à un éventail de solutions, chacune pertinente « micro-localement ». Pour une agriculture à haute intensité d'environnement. Tous les peuples (mêmes en Afrique), pourraient chacun subvenir à leur besoin avec les moyens appropriés si l'on défend une politique nationale et internationale de souveraineté alimentaire. Gardons les paysans partout, avec des productions multiples basées sur des modèles locaux adaptés à leur milieu pour protéger l'emploi, l'Homme, l'Animal et la nature.

Commentaires

  1. Non à l’agriculture industrielle,
    Non à la spéculation sur les denrées alimentaires de base.

    L' Agrobusiness (et tout ses intermédiaires) ne nourrit pas la planète ; il la rend malade ;
    il ne nourrit pas la planète, il spécule sur son dos, sur notre dos.

    Ils prétendent nourrir la planète, mais spéculent sur le prix du blé…
    Ils prétendent nourrir la planète, mais ne partagent rien
    avec ceux qui meurent de faim, içi ou là-bas.
    Ils prétendent nourrir la planète, mais veulent surtout produire en masse à notre place.
    Ils prétendent nourrir la planète, pour s’en accaparer les fruits.
    Pourtant beaucoup de gens aimeraient et seraient capables de
    produire durable et sain si on les soutenaient autant qu’est soutenue
    l’agriculture industrielle par les aides institutionnelles.

    L’ONG « Peuples solidaires »  (ActionAid)
    a calculé que des milliers de petites fermes étaient plus productives qu’une grande
    ferme-usine ayant la surface totale de toutes les petites réunies.

    L’INRA et la ferme du Bec Hellouin ont prouvé que sur une
    surface de 1000 m2, en France, on pouvait produire et se dégager
    un salaire décent avec 43H de travail/Semaine :  
    http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Agroecologie/Tous-les-dossiers/La-ferme-du-Bec-Hellouin-et-les-microfermes/Ferme-du-Bec-Hellouin-la-beaute-rend-productif/(key)/0

    Non à l’agriculture industrielle,
    En Picardie…et ailleurs….
    Après discussion avec certains paysans bio indépendants, je
    corrige une erreur que j’ai faite dans ce tte video :
    Le robot de traite 24h/24 à rayon laser (vu en fin de video) pour petite ferme de 70 vaches  
    n’est pas idéal non plus pour un paysan, car çà lui demande un trop gros investissement
    qu’il aura du mal à rembourser.
    Le mieux est d’avoir le moins possible de machines couteuse,
    de faire soi-même et d’embaucher un aide ou collaborer avec quelqu’un, de
    laisser les vaches 9 mois sur 12 dans un champs oû la pousse de l’herbe est
    naturellement améliorée et boostée par son association avec d’autres plantes
    locales et naturelles (trèffle, …) et d’avoir un produit équitable et sain
    vendu avec moins d’intermédiaires donc plus de retour dans la poche de celui
    qui produit.

    Voici donc les vrais solutions pour une agriculture paysanne,
    productive et humaine  (à développer),
    une agriculture avec de plus nombreux paysans qui vivent bien leur métier et sont
    mieux répartis sur le territoire et dans le monde.
     

    C’est l’agriculture que j’aime et que je défends.Ce sont eux, qui me nourrissent…
    Bravo aux petits producteurs locaux et
    bio, et aux AMAP qui préservent nos santés, identités, autonomie alimentaire...
    Voici les solutions réalistes pour passer à une agriculture
    paysanne humaine, durable, équitable et rentable :
     https://vimeo.com/90947931
    Un film de Mathieu Eisinger produit par la « Confédération Paysanne »
    avec le soutien de l'union européenne pour la campagne envie de paysans (enviedepaysans.fr)


    Les produits que j’achète dans une AMAP, me coûtent un peu plus cher, certes,
    Je mange moins en quantité mais mieux en qualité…
    Je mange beaucoup moins de viande et de poissons, (un plus végétarien !) .
    C’est mieux pour ma santé, pour moi,
    pour les paysans, pour ma région, pour nous tous et pour la planète.

    Personne ne demande aux gens de tout acheter bio, local et équitable.Achetez en le plus possible selon votre budget…
    ou au moins un chaque semaine, et vous changerez le profil de l’agriculture en donnant sa chance
    à de nouveaux petits producteurs locaux, bio et équitable …

    En France, la demande en bio augmente, mais il n’y a pas encore assez de production,
    ni d’aide et de soutient pour que les petits paysans traditionnels puissent s’y convertir…
    Alors, il faut encore plus d’achats, de demandes et de voix pour cette évolution…
  2. Il faut arrêter vaut connerie, c'est 7 milliards de personnes a nourir sur terre avec des terre agricole de plus en plus rare c'est normal que sa passe a ce stade...
    Et c'est vous qui acheté le lait le moin chère vous croyez vraiment qu'il tombe du ciel pour avoir des cout de production aussi bas il faut bien une solution : la voici et n'est pas l'agriculture biologique comme certains le pense.
  3. Vous choisissez les pires exemples pour nous fair peur mais se que vous montrer est très rare et en attendant ses qui qui vous Nouri?
  4. vous mélanger tout et vous dites n'importequoi
  5. C'est orible ses chose .
  6. ses bien de montrer des animaux soufrir un ses facile de regard sa deriere un ecran nous on essaye de fer le max pour que ses animaux et la vie la plus pesible possible et oui il faut un tracteur pour leve une vache et oui defois elle se fond mal et oui ya des gros con qui sont contre sa mais parcontre se pleindre que l on importe beaucoup en france ... bon de con sans cervelle
  7. non au usa il ne mange ta  l’or vache laitier
     
  8. mais Zav BASSISTE, c est quoi le probleme au juste???en quoi le fait de regrouper 1000 vaches en un seul troupeau est plus nuisible pour la santé des hommes que de créer 10 élevages de 100 vaches???en quoi le lait qui va sortir de cette ferme va etre de moindre qualité que celui qui en sort d une 10 fois plus petite?en quoi une grosse ferme pollue plus qu une petite?
    et d ailleurs toi, tu fais quoi dans la vie? est ce que tu a déjà travaillé ou meme cottoyé un eleveur qui travaille seul sur son exploitation? est ce que la vie d un éleveur (qui est avant tout un etre humain) doit etre proche de celle d un esclave rien que pour faire plaisir a quelques bobo dans ton genre?alors honnêtement, par les temps qui courent et avec les difficultés que le monde agricole traverse en ce moment, je peux te dire que non, l image n est pas le sujet le plus important du moment.On parle d alimentation humaine la, c est pas rien! tu propose quoi toi?quel modele pour l agriculture de demain?avec quelle main d œuvre?quels financements?quels conditions de vie pour les éleveurs?avec quel assurance de fournir a manger pour l ensemble de la planete (pas seulement les Français qui n ont pas connu depuis longtemps de famine)?

    alors toi qui veut te faire passer pour un sauveteur de l humanité, vient pas nous bassiner avec ton agriculture bio, tes AMAP et tout ce qui s'en suit et plonge toi dans le quotidien d un agriculteur, si toute fois tu en a le courage, apres on en reparlera.

    en gros, balaye devant ta porte
  9. j'ai pleuré de voir cette barbarie contre les animaux, c'est à ce prix que vous mangez de la viande et buvez du lait, et bien : NON !
  10. vous n'avez que sa a faire de sacagez l'image de l'griculture toute entiere =(
  11. ridicule
  12. Ne nous laissons pas bouffer pas les medias qui nous font passé pour des pollueurs. AGRICULTEUR ne veux pas dire pollueur 
  13. c'est de la pure propagande! il faut comprendre qu'on progresse! et c'est normal de traire 2 a 3 fois par jour et cela n'influence en rien la qualitée du lait!
  14. Bonsoir à vous...
    Je viens de regarder votre vidéo avec beaucoup d'attention, et elle a suscité en moi une vive indignation. En effet, étant moi même éleveur laitier, je trouve ce reportage  orienté et caricatural, et je comptes bien m'expliquer sur ce fait par quelques exemples.
    - 1èrement: Vous prônez tout au long de votre "reportage" qu'un élevage de cette taille va être nuisible aux communes alentours. Or, un élevage de plus de 200 vaches laitières est soumis aux règles des installations classées, soumis à autorisation préfectorale et enquêtes publiques, avec études d'impact sur l'environnement (dossier qui, il est important de le signaler coute environ 15000€ sans garantie d'obtention de ladite autorisation). Si il y avait le moindre doute sur la sécurité sanitaire de ce projet, aucune autorisation préfectorale ne serait délivrée

    - 2èmement: L'élevage ne sera autorisé que s'il  respecte, au sein de son plan d'épandage les surfaces épandables nécessaires à absorber la quantité d'azote organique produite par l'élevage. La limite haute d'acceptation d'un plan d'épandage s'établit à 170 unités d'azote organique par hectare. A titre d'exemple: la fertilisation azotée d'un hectare de pâturage en requiert 250. La non plus, votre raisonnement de tient pas la route. Notons en aparté que toutes les baies bretonnes donnant lieu à des marées vertes sont juxtaposées à des villes de plus de 10000 habitants équipées de stations d'épuration au fonctionnement plus ou moins douteux...

    - 3èmement: La maltraitance des animaux: Malheureusement, ce n'est pas la taille de l'élevage qui va influencer ce phénomène. A titre d'exemple, certaines personnes ne possèdent qu'un animal domestique, mais elle le batte quand même.

    - 4èmement: La station de méthanisation: Vous pestez contre les tracteurs d'épandage qui émettent du CO2 pour circuler et quand un système comme la méthanisation, permettant d'économiser de l'énergie fossile et donc du CO2, est proposé vous êtes contre. Cherchez l'erreur!!

    - 5èmement: Vous mettez en cause l'agro business, il faut relativiser. Je suis sur que beaucoup d'artisans et de PME de votre région réalisent un chiffre d'affaires largement supérieur, cela n en fait pas pour autant des multinationales! Si on ne mettait que cette cause en avant, il faudrait remettre tout le système de transformation voir même de distribution des produits alimentaires. Ce sont ces grands groupes qui semblent dangereux de part le poids qu'ils ont dans les négociations. Pourtant, nombre de Français sont bien contents de pouvoir faire leurs courses chez Leclerc ou autre à un prix raisonnable.

    - 6èmement: Les emplois: A la fin de votre reportage, vous prenez l'exemple d'un élevage de 70 vaches laitières en affirmant que ce dernier favorise l'emploi et en crée proportionnellement plus qu'un élevage de 1000. Pourtant à ma grande surprise, je constate qu'il a été choisi un système de traite robotisée qui a pour but justement de réduire fortement les besoins en main d'œuvre. Donc votre exemple est très mal choisi et votre raisonnement, une fois de plus, ne tient pas la route.

    Ce projet pourrait créé des 10aines d'emplois au sein d'une entreprise qui pourrait offrir à leur promoteur des conditions de vie descentes tant en terme de qualité que de revenus,  contrairement aux 100aines d'agriculteurs qui ne peuvent plus vivre de leur métiers.  En s'opposant à leur projet, c'est vous qui nuisez à l'emploi. Il ne faut pas perdre de vue que le but 1er de l'agriculture est de produire une alimentation saine accessible à tous et non pas de faire partie du folklore local avec des paysans en sabot de bois  travaillant avec des chevaux.
    Ne perdez pas des yeux que, pendant que certaines personnes comme vous prônent le ''c'était mieux avant'', d autre se décarcassent pour que demain, nous soyons en mesure de nourrir la population grandissante de notre planète.Des recherches et des efforts colossaux sont réalisés pour que notre agriculture soit capable de relever ce défi en nuisant au minimum a l'environnement.

    Cordialement.
    Un éleveur breton qui s'adapte à l'économie mondiale pour pouvoir faire en sorte que les emplois soient maintenus au maximum dans ma région et qui voit par le développement de ce mode de production une opportunité pour que nous autres, agriculteurs, puissions bénéficier demain du meme mode de vie que beaucoup de personnes ont  déjà aujourd' hui


Informations complémentaires:

Visibilité: 41961

Durée: 14m 56s

Cote: 42